• Cassée

    Cassée.

    Déprimée.

    Vertèbre déplacée.

    Poumon oppressé.

    Coeur en miettes.

    Epuisée.


  • Commentaires

    1
    koko
    Vendredi 13 Mai 2005 à 07:47
    Repos...
    Repos......Repos.....Repos. bonjour dulci. Repos......Repos.....Repos.
    2
    dulci
    Vendredi 13 Mai 2005 à 07:52
    repos
    bonjour koko; j'essaie, j'essaie, j'essaie...
    3
    Vendredi 13 Mai 2005 à 08:31
    Bjr Dulci :))
    Ben alors qu'est ce qui se passe ? Pour "cassée" et "vertebe déplacée" et "épuisée", je me suis dit : La Dulci, elle n'a quand même pas fait des exercices physiques à ce point là !?!? :)) Mais déprimée, poumon opressé, coeur en miettes, ben là, boo diou, ça va po. J'espère que tu vas aller mieux. Allez Dulci souris :))
    4
    bob la coquillette
    Vendredi 13 Mai 2005 à 08:43
    Avec l'accent bien sur...
    Dulci cassé, Dulci déprimée, Dulci épuisée mais... Dulci libérée! Et vlan! C'était la minute nécessaire de monsieur Ouin Ouin. Hey!Oh! Non mais qu'est-ce qui foutent mes doigts, ch'ui po monsieur ouin ouin.... Raconte n'importe quoi moi... Dulci déraille et ma connerie relève du sidéral...Bonjour à vous!
    5
    dulci
    Vendredi 13 Mai 2005 à 08:47
    m'oui...
    les efforts physiques, si... le reste oui, aussi... libérée? de quoi? Bon, m'en vais chez le sorcier.
    6
    cleo.x
    Vendredi 13 Mai 2005 à 08:58
    Oh ben alors...
    Pauvre choute!
    7
    dulci
    Vendredi 13 Mai 2005 à 10:53
    cléo...
    :0)
    8
    Vendredi 13 Mai 2005 à 13:31
    La cyclothymie selon Barbara...
    "Ça ne prévient pas quand ça arrive Ça vient de loin Ça c'est promené de rive en rive La gueule en coin Et puis un matin, au réveil C'est presque rien Mais c'est là, ça vous ensommeille Au creux des reins Le mal de vivre Le mal de vivre Qu'il faut bien vivre Vaille que vivre On peut le mettre en bandoulière Ou comme un bijou à la main Comme une fleur en boutonnière Ou juste à la pointe du sein C'est pas forcément la misère C'est pas Valmy, c'est pas Verdun Mais c'est des larmes aux paupières Au jour qui meurt, au jour qui vient Le mal de vivre Le mal de vivre Qu'il faut bien vivre Vaille que vivre Qu'on soit de Rome ou d'Amérique Qu'on soit de Londres ou de Pékin Qu'on soit d'Egypte ou bien d'Afrique Ou de la porte Saint-Martin On fait tous la même prière On fait tous le même chemin Qu'il est long lorsqu'il faut le faire Avec son mal au creux des reins Ils ont beau vouloir nous comprendre Ceux qui nous viennent les mains nues Nous ne voulons plus les entendre On ne peut pas, on n'en peut plus Et tous seuls dans le silence D'une nuit qui n'en finit plus Voilà que soudain on y pense A ceux qui n'en sont pas revenus Du mal de vivre Leur mal de vivre Qu'ils devaient vivre Vaille que vivre Et sans prévenir, ça arrive Ça vient de loin Ça c'est promené de rive en rive Le rire en coin Et puis un matin, au réveil C'est presque rien Mais c'est là, ça vous émerveille Au creux des reins La joie de vivre La joie de vivre Oh, viens la vivre Ta joie de vivre"
    9
    dulci
    Vendredi 13 Mai 2005 à 13:42
    chris...
    merci... comment s'appelle la chanson? Je voudrais l'entendre; j'ai des larmes à évacuer.
    10
    Vendredi 13 Mai 2005 à 14:05
    "Le mal de vivre..."
    tendresse empathique... Mais tout Barbara est de cette teneur... Elle laisse s'écouler la peine de nos veines... vaines...
    11
    Samedi 14 Mai 2005 à 08:13
    Et puis une pensée...
    soufflée pour chasser le noir ici... Que votre journée soit plus douce que celle d'hier Dulcineïa...
    12
    xioix
    Samedi 14 Mai 2005 à 09:57

    Mal en corps.
    13
    dulci
    Samedi 14 Mai 2005 à 11:52
    chris...
    merci, encore... on va essayer. xioix... corps et coeur ne font qu'un.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :